Ads Top

2018, année de la majorité du troisième millénaire, de la prédominance de la "pensée macronienne" ou du "macronisme comme donjuanisme", système, oh ! système es tu bien là ? Le système a finalement pris place avec le visage et le ton de l'évidence jeunisme capitalistique, la logique implacable du libéralisme comme option unique. Macron et cie confondent l'efficacité entreprenariale avec Le Politique. L'une ne s'appuyant que sur la logique des chiffres en tant que résultat positif, l'autre prenant racine dans des convictions idéologiques sociales.

La représentativité professionnelle de la danse au sein de SystèmeD(anse) a choisi de proposer des rendez-vous réguliers de rencontre et d’information autour de l’actualité du secteur chorégraphique : LES CAFÉS DE SYSTÈME D. Ce(s) temps de rencontre, structuré autour d’un point général d’information sur l’actualité du secteur proposé par le comité de réflexion sera l’occasion, autour d’un café, de rencontres informelles et d’échanges sur les préoccupations qui traversent le monde de la danse actuellement.


Seront notamment évoqués lors de ce(s) rendez vous :
MARDI 19 DÉCEMBRE 2017 de 10h à 12h au Centre national de la danse à Pantin
 - les nouvelles orientations ministérielles pour la culture
 - un rappel sur les dispositifs d’aides déconcentrées à la création
- le lancement de la base de données des aides culturelles délivrées par les Organismes de gestion collective (Adami, Sacd, Spedidam…) 
- le Fonds Régional pour les Talents Émergents (FoRTE) nouveau dispositif de la région Île-de-France en faveur de la jeune création …

MARDI 6 MARS 2018 de 10h à 12h à Mains d'Oeuvres à Saint-Ouen
- rappel des dispositifs d’aides déconcentrées à la création
- point sur les résidences et appels à projets dans le secteur chorégraphique
- nouveaux textes législatifs : circulaire relative aux labels nationaux, arrêté relatif à la participation d'amateurs dans une oeuvre dans un cadre lucratif 
- points divers

SystèmeD(anse) se positionne en VRP du système, en nous guidant vers toutes les cases et voies possibles afin d'appartenir à la danse française ! Pas très étonnant de la part de son comité de pilotage, de coordination, devenu de réflexion majoritairement systèmique avec l'ACCN, l'A-CDCN, le SYNDEAC et le CN D.

Deux heures tous les deux mois, ce n'est pas de la tarte, mais on a déjà le moule ! Loin soit de l’objectif, large et ouvert, de réinventer des espaces d’échanges et de réflexions communs, de travailler à l’élaboration d’une masse critique, de dessiner une cartographie des initiatives, des manques et des besoins, de s’appuyer sur l’expertise de partenaires pour nourrir et relayer les réflexions, de porter des préconisations concrètes... Mais bien moins complexe que sept heures à ouvrir et rapporter un débat : Danse & Politique "Quelles pourraient être les formes de pensées et d'actions collectives pour la danse aujourd'hui ? Agir ensemble pour la danse aujourd’hui ?"

Chantier ouvert le 28 mars 2017 par SystèmeD(anse) (avant l'élection de Macron !), auquel la Mutualité des Acteurs Chorégraphiques y apportait d'ailleurs ses Contributions pour Agir ensemble pour la danse aujourd’hui ?Aucun compte-rendu de ce chantier n'a été réalisé à l'issue de cette journée réflexive ! qui s'est déroulé de 9h30 à 17h au CN D.
Le 23 mai 2017, Frédéric Lescure (ayant participé à la journée réflexive) écrivait : Bonjour chers Frédéric Pérouchine et Lauren Boyer (membres du comité de réflexion 6TMDanse), j'espère que vous allez bien. Quelles nouvelles de 6TMDanse? Je n'ai toujours pas reçu de CR du Chantier du 28 mars au CND où les débats étaient enregistrés, et où des thèmes avaient été listés au sein des ateliers.
Le 24 mai 2017, vous répondiez : Bonjour Frédéric. Nous avons bien reçu votre mail et vous en remercions... En ce qui concerne la réunion du 28 mars, nous avons décidé de ne pas rédiger de compte-rendu. Bien à vous, Frédéric Pérouchine

Après l'élection de Macron, point de compte-rendu sur un sujet trop réformiste, 6TMDanse s'offre à très peu de frais l'adhésion silencieuse, pragmatique et opportuniste d'un milieu chorégraphique qui souhaite avant tout préserver ses acquis, ses subventions et son système.

Force est de constater que l'article Des paroles et des actes du 16 mai 2017 n'était pas spéculatif !

Pour finir, je ne saurais vous conseiller la lecture de l'article : La dépolitisation par le langage - Ces mots qui font accepter l’inacceptable de François Brune (Auteur du Bonheur conforme. Essai sur la normalisation publicitaire, Gallimard, 1985, et de Les médias pensent comme moi ! Fragments du discours anonyme. L’Harmattan, Paris, 1993.)

Et de la citation : Et si nous choisissons de servir cette communauté, nous choisissons le dialogue jusqu’à l’absurde – contre toute politique du mensonge ou du silence. C’est comme cela qu’on est libre avec les autres. CARNETS II. Janvier 1942 – mars 1951. CAHIER IV Janvier 1942 – septembre 1945 [ Albert Camus ]
En effet, qu'aurions-nous à gagner à occuper les places d'un système qui ne tolère pas les discussions, qui ne s'intéresse pas à la fonction sociale de l'art, et là spécifiquement celle de l'artiste danseur ?


Philippe Madala pour la M.A.C. avec la bienveillance d'Anne-Marie Chovelon et de Frédéric Lescure - 26 février 2018

Fourni par Blogger.